Des nouvelles de Julien

Vous trouverez sur mon blog, le suivi de mes périples, en France, en Allemagne, au Sénégal, en Lituanie, en Chine ou ailleurs... Ainsi que l'avancement de mes projets : Photos, Association Teranga, Organisation Ecosen, etc...

04 janvier 2011

Bonne Année !

Bonne Année !
Happy New year !
Frohes Neues Jahr !
Dewenati !
Lainingu naujuju metu !
Prospero Ano nuevo !
Felice Anno nuovo !
Yeni yiliniz kutlu olsun !
新年快乐!

My postcard for you..., Ma carte de voeux pour vous..., Meine Grüßkarte für Sie... :

2011_JP

Une autre facon de voyager... www.ecosentour.org

Posté par Neiluj à 20:00 - 7 - Hors catégories - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2010

L'image de la semaine-archive n°49

Shanghai - 上海 - China - 中国

Chine : Le 31 Octobre 2009 à 21H03 à Suzhou South Road, à Shanghai.

Posté par Neiluj à 13:17 - 2 - L'image de la semaine - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2009

L'image de la semaine-archive n°48

Tribute to Saul Leiter

France : Janvier 2008, exposition Saul Leiter dans la Fondation Henri Cartier-Bresson, à Paris.

Posté par Neiluj à 09:29 - 2 - L'image de la semaine - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 juin 2009

L'image de la semaine-archive n°47

Hei Chi Zhen - 黑池镇 - Shaanxi Province - 陕西 - China - 中国

Chine : Le 27 Janvier 2009 à 20h21 à Hei Chi Zhen, à 1368 km à l'Ouest de Shanghai.

Posté par Neiluj à 07:14 - 2 - L'image de la semaine - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juin 2009

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent

Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l'âme et le front.
Ceux qui d'un haut destin gravissent l'âpre cime.
Ceux qui marchent pensifs, épris d'un but sublime.
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour.
C'est le prophète saint prosterné devant l'arche,
C'est le travailleur, pâtre, ouvrier, patriarche.
Ceux dont le coeur est bon, ceux dont les jours sont pleins.
Ceux-là vivent, Seigneur ! les autres, je les plains.
Car de son vague ennui le néant les enivre,
Car le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre.
Inutiles, épars, ils traînent ici-bas
Le sombre accablement d'être en ne pensant pas.
Ils s'appellent vulgus, plebs, la tourbe, la foule.
Ils sont ce qui murmure, applaudit, siffle, coule,
Bat des mains, foule aux pieds, bâille, dit oui, dit non,
N'a jamais de figure et n'a jamais de nom ;
Troupeau qui va, revient, juge, absout, délibère,
Détruit, prêt à Marat comme prêt à Tibère,
Foule triste, joyeuse, habits dorés, bras nus,
Pêle-mêle, et poussée aux gouffres inconnus.
Ils sont les passants froids sans but, sans noeud, sans âge ;
Le bas du genre humain qui s'écroule en nuage ;
Ceux qu'on ne connaît pas, ceux qu'on ne compte pas,
Ceux qui perdent les mots, les volontés, les pas.
L'ombre obscure autour d'eux se prolonge et recule ;
Ils n'ont du plein midi qu'un lointain crépuscule,
Car, jetant au hasard les cris, les voix, le bruit,
Ils errent près du bord sinistre de la nuit.

Quoi ! ne point aimer ! suivre une morne carrière
Sans un songe en avant, sans un deuil en arrière,
Quoi ! marcher devant soi sans savoir où l'on va,
Rire de Jupiter sans croire à Jéhova,
Regarder sans respect l'astre, la fleur, la femme,
Toujours vouloir le corps, ne jamais chercher l'âme,
Pour de vains résultats faire de vains efforts,
N'attendre rien d'en haut ! ciel ! oublier les morts !
Oh non, je ne suis point de ceux-là ! grands, prospères,
Fiers, puissants, ou cachés dans d'immondes repaires,
Je les fuis, et je crains leurs sentiers détestés ;
Et j'aimerais mieux être, ô fourmis des cités,
Tourbe, foule, hommes faux, coeurs morts, races déchues,
Un arbre dans les bois qu'une âme en vos cohues !

Victor Hugo - Recueil : Les châtiments.

Posté par Neiluj à 09:02 - 8 - Citations et Poésie - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 mai 2009

La lumière du blé

    "Je me suis battu pour préserver la qualité d'une lumière, bien plus encore que pour sauver la nourriture des corps. Je me suis battu pour le rayonnement particulier en quoi se transfigure le pain dans les maisons de chez moi. Ce qui m'émeut d'abord, de cette petite fille secrète, c'est l'écorce immatérielle. C'est je ne sais quel lien entre les lignes d'un visage. C'est le poème lu sur la page - et non la page.
     Elle s'est sentie observée. Elle a levé les yeux vers moi. Il me semble qu'elle m'a souri... ç'a été à peine comme un souffle sur la fragilité des eaux. Cette apparition me trouble. Je sens, mystérieusement présente, l'âme particulière qui est d'ici, et non d'ailleurs. Je goûte une paix dont je me dis : "C'est la paix des règnes silencieux..."
     J'ai vu luire la lumière du blé."

Antoine de Saint-Exupèry, Pilote de guerre.

Posté par Neiluj à 15:04 - 8 - Citations et Poésie - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 mars 2009

L'image de la semaine-archive n°46

Kung Fu at Nan Shi Da

Chine : Le 2 Janvier 2007 à 15h53 à Nanjing, à 300 km à l'Ouest de Shanghai.

Posté par Neiluj à 18:23 - 2 - L'image de la semaine - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2009

新年快乐!

Bonne Année !
Happy New year !
Frohes Neues Jahr !
Dewenati !
Lainingu naujuju metu !
Prospero Ano nuevo !
Felice Anno nuovo !
Yeni yiliniz kutlu olsun !
新年快乐!

My postcard for you..., Ma carte de voeux pour vous..., Meine Grüßkarte für Sie... :

Une autre facon de voyager... www.ecosentour.org

Mes meilleures photos de l'année 2008 :
www.flickr.com

Posté par Neiluj à 14:38 - 7 - Hors catégories - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 décembre 2008

L'image de la semaine-archive n°45

Xi'An - 西安 - Total Solar Eclipse - 2008 August 01

Chine : Le 1 Août 2008 à 17h49 à Xi'An, à 1104 km au Sud-Est de Pékin.

Posté par Neiluj à 15:14 - 2 - L'image de la semaine - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2008

Ce que peut un homme seul ?

Texte extrait de l'article écrit par le philosophe européen Slavoj Zizek dans Le Monde du 3 Juin 2008 :

http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1038520

"Il a compris que l'histoire ne change pas d'elle-même. Inutile de croire que les autres s'en chargeront. Mine de rien, c'est une grande leçon. Car nous avons cru et répété, depuis des décennies, que l'histoire avançait toute seule. Avec Hegel, avec Marx, avec Bourdieu et tant d'autres, nous étions persuadés que la course du monde n'était affaire que de structures - économiques ou symboliques, sociales ou psychiques, géographiques ou politiques. Ces structures pouvaient se combiner à l'infini, mais le moteur était toujours du collectif, de l'objectif et de l'impersonnel. Ce n'étaient plus les individus qui faisaient l'histoire.

On avait donc fini par oublier combien les rouages du temps peuvent être perturbés par des grains de sable, de petits bonshommes isolés, imprévus, obstinés. Au départ sans soutien, sans crédibilité, sans argent. Pourvus seulement d'une manière singulière de penser et d'agir tout ensemble, car ces hommes seuls ne sont ni des contemplatifs ni des praticiens : ils s'activent conformément à leurs idées, ils réfléchissent en raison de leurs actes. L'essentiel ? Qu'ils ne lâchent pas. Qu'ils suivent leur chemin, lequel ne figure sur aucune carte avant qu'ils ne le tracent.

Ce que peut un homme seul ? Ramer à contre-courant, découvrir de l'insoupçonnable, défaire des pesanteurs, créer dans le flux du monde d'infimes bifurcations qui peuvent, de proche en proche, en modifier de grandes parties. Reviennent ainsi, dans la grande histoire, des bribes de hasard, d'aléa, des initiatives imprévisibles et neuves. Encore faut-il, pour qu'elles ne restent pas sans lendemain, que l'homme seul ne le reste pas indéfiniment. C'est là que tout se joue."

Samba Gnane

Parceque nous ne sommes plus seul, je voudrais tout simplement dédier ce texte a Samba Gnane, professeur de Philosophie au Lycée des Parcelles Assainies de Dakar, Président du GIE NQEL JAB, co-initiateur du projet ECOSEN et surtout un de mes amis les plus précieux.

Posté par Neiluj à 16:50 - 8 - Citations et Poésie - Commentaires [3] - Permalien [#]